La valorisation de nos déchets en biogaz

La méthanisation permet de transformer les déchets organiques en biogaz et de produire ainsi une énergie renouvelable. Cette énergie est par la suite valorisée (électricité, chaleur, combustible). C’est un des moyens de valorisation des déchets organiques les plus efficaces. Aujourd’hui, en France, 150 millions de tonnes de déchets en tout genre (  animales, agricoles,..) sont produits chaque année. Leur méthanisation pourraient produire entre 3 à 5 % des besoins énergétiques de la France.

Qu’est ce la méthanisation ?

Il s’agit d’un procédé naturel de dégradation de la matière organique par des bactéries, en l’absence d’oxygène. Le but est de produire un biogaz composé de méthane et de dioxyde de carbone. Cette réaction produit un résidu, appelé digestat, qu’il est ensuite possible de valoriser en tant que fertilisant pour l’agriculture.

Il existe plusieurs types de méthanisation :

  • La méthanisation « à la ferme » ou méthanisation agricole;
  • La méthanisation en station d’épuration des eaux usées : traitant les boues résiduaires d’épuration des eaux usées urbaines ;
  • La méthanisation industrielle: qui touche les secteurs de l’agro-alimentaire, de la chimie et de la papeterie ;
  • La méthanisation des ordures ménagères: il concerne la production biogaz grâce à nos déchets ménagers (décharges).

Le biogaz parlons-en!

La fermentation sans oxygène (anaérobie) de déchets alimentaires ou végétaux dégage un gaz constitué de méthane (CH4) et de dioxyde de carbone (CO2) appelé biogaz. Le biogaz  contient entre 55 et 65 % de méthane. Ce processus est dorénavant maîtrisé à la fois pour éviter des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère mais aussi pour exploiter le biogaz et par la suite produire  une source d’énergie.

Le biogaz produit par la méthanisation peut être valorisé de différentes manières :

  • Par la production simultanément de chaleur et d’électricité, appelée cogénération ;
  • Par la production de chaleur qui sera consommée à proximité du site de production ;
  • Par l’injection dans les réseaux de gaz naturel après une étape d’épuration (le biogaz devient alors du biométhane) ;
  • Par la transformation du biogaz en carburant sous forme de gaz naturel véhicule (GNV).

Les gisements de biogaz

Les gisements utilisés pour la filière biogaz sont principalement les centres d’enfouissement des déchets et les stations d’épuration industrielles et municipales. Le biogaz agricole reste encore très peu valorisé en France alors que le gisement est important : selon Observer’ER, les déjections d’élevage représentaient l’équivalent d’une production de 683 000 tonnes de méthane en 2007.

Le production du biogaz

Le champ de production est large et varier, on peut produire en brûlant du biogaz, de l’électricité et du carburant.  Le biogaz peut également être transformé en biométhane pour alimenter un réseau de distribution de gaz naturel. En effet, le biogaz, une fois épuré de son CO2, de son eau et de son hydrogène sulfuré H2S,  est quasiment identique au méthane comprimé ou Gaz Naturel pour véhicule (GNV). L’autonomie est réduite mais les polluants atmosphériques rejetés sont faibles avec un bruit limité, ce qui en fait un carburant idéal pour les transports urbains. En France, le projet Methavalor, porté par le Syndicat Mixte de Transport et de Traitement des Déchets Ménagers de Moselle-Est situé sur la commune de Morsbach, sera le premier centre de valorisation de biodéchets par méthanisation à valoriser simultanément sa production de biogaz sous forme d’électricité et de chaleur (par cogénération).



Laisser un commentaire

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]